| | News

Le premier procès suisse pour crime de guerre est repoussé, l'avocat nous parle

Alain Werner, fondateur de Civitas Maxima a reçu le prix d'excellence "Bâtonnier Michel Halpérin" pour son travail en faveur des victimes de crimes de guerre. (Photo:Nicolas Braguinsky Cascini

Les avocats de Civitas Maxima ont appris ce mercredi le report du premier procès pour crime de guerre en Suisse, celui qui doit avoir lieu à Bellinzone devant le Tribunal Pénal Fédéral contre le chef des rebelles libériens, Alieu Kosiah. Un revers de plus qui ne fait que souligner l’importance de leur mission.

Fondateur de cette représentation juridique indépendante de victimes de crimes de guerre basée à Genève, Alain Werner répond à nos questions.

Pourquoi le procès d'Alieu Kosiah a-t-il été reporté une nouvelle fois?

Alieu Kosiah, leader du groupe rebelle ULIMO, est accusé de crimes de guerre allant de l'esclavage, au meurtre direct, à la violence sexuelle et au pillage. Nous avons porté plainte contre lui en 2014 alors qu’il était arrivé en Suisse début 2000. Il est emprisonné à Berne depuis son arrestation en novembre 2014. Son procès devait commencer en avril dernier à Bellinzone, mais il a été provisoirement reporté au mois d’août, et nous venons en effet d'apprendre qu'il n'aura peut-être lieu qu'à la fin de l'année. Il est évident que nous ne pouvons pas dire que les victimes que nous représentons s'en réjouissent, car elles attendent depuis des années d'obtenir justice. Mais le tribunal doit faire en sorte qu'une quinzaine de victimes et de témoins libériens puissent témoigner d'une manière ou d'une autre en Suisse et, dans la situation actuelle, c'est évidemment très compliqué.

Pourquoi ce procès est-il si important?

Tout d'abord, il est historique pour la Suisse car il s'agira du tout premier procès pour crime de guerre devant le Tribunal Pénal Fédéral (TFP). Deuxièmement, pour le Liberia, ce sera la première fois qu'un de leurs citoyens sera jugé devant un tribunal pour crimes de guerre, presque vingt ans après la fin de la guerre civile. Ce procès va donc certainement dans la bonne direction, mais il montre aussi qu'il faut faire beaucoup plus quand on pense au nombre de victimes des deux guerres civiles libériennes.

Ce report est une conséquence directe du confinement, quels autres revers avez-vous subis?

Notre travail consiste à sortir, à parler aux témoins, à faire des enquêtes, à travailler avec les autorités nationales. Le confinement a eu un effet immédiat : sur le terrain, tout s'est arrêté. Puis Thomas Woewiyu, un des lieutenants de Charles Taylor qui avait été déclaré coupable par un jury à Philadelphie en 2018 pour des crimes liés à la guerre civile libérienne, est mort du Covid-19. Nous avions travaillé avec les procureurs américains sur cette affaire et les victimes attendaient que le juge décide à combien d'années il allait être condamné.

Qu'avez-vous appris de cette pandémie?

Plus les choses sont compliquées, plus je suis absolument convaincu que rendre justice aux victimes de crimes internationaux dans notre monde actuel est fondamentalement nécessaire.

La responsabilité est plus importante que jamais?

En 2014, lorsque le virus Ebola a frappé la Sierra Leone, le Libéria et la Côte d'Ivoire, nous avons constaté une méfiance fondamentale de la population à l'égard des autorités. Après plus d'une décennie de guerre civile, les mêmes politiciens qui avaient commis de nombreux crimes quelques années plus tôt disaient aux gens d'enterrer les cadavres ou de prendre des mesures sanitaires. Si le gouvernement n'est jamais tenu responsable et n'a donc pas la confiance du peuple, cela devient un problème très concret lorsque ce même gouvernement a besoin que les gens suivent des mesures sanitaires strictes, à moins bien sûr que vous ne viviez sous un régime autoritaire. Le droit international et le droit humanitaire sont plus que jamais menacés, tout comme la notion même de justice internationale. Nous soutiendrons plus que jamais les victimes dans leur quête de justice.

Vous publiez votre Rapport Annuel cette semaine. Quel a été le point fort de l'année écoulée?

La mission d'enquête que les autorités judiciaires françaises ont réussi à mener au Libéria l'année dernière. Environ 200 à 300’000 personnes sont mortes dans la guerre civile au Libéria et près de 20 ans après la fin de la guerre, aucune justice n'a été rendue aux victimes par les tribunaux libériens. Avec nos partenaires libériens locaux, nous avons réussi à porter des affaires hors du Libéria, en Europe et aux États-Unis, mais les crimes ont été commis au Libéria et nous pensons que la justice doit d'abord être rendue là où les crimes ont été commis. Pour la première fois après sept ans d'efforts, les autorités libériennes ont finalement autorisé les autorités françaises en 2019 à enquêter sur leur sol et à parler aux victimes de crimes de guerre dans leur pays. C'est un changement fondamental au Libéria et la preuve qu’on peut réellement apporter un changement.

Pourquoi ce revirement?

Un facteur important, comme nous l'expliquons dans notre rapport annuel, est certainement la montée en puissance de la voix du peuple libérien. Il ne s'agit pas d'un tribunal international ou de gens occidentaux qui leur disent quoi faire, mais d'une société civile qui se lève et influence le gouvernement pour qu'il collabore avec un autre, comme ils ont vu la justice pour les crimes commis au Liberia se produire en Europe et aux États-Unis.

Qu'est-ce qui vous porte?

Cette idée que la responsabilité des crimes de masse est réellement importante. Lancer Civitas Maxima en 2012 était un pari basé sur cette idée très simple de la responsabilité. Nous ne faisons pas de plaidoyer, de lobbying ou de rapports. Nous sommes les seuls comme organisation à ne faire qu’une seule et unique chose: monter des affaires pénales au nom des victimes de crimes internationaux. Nous ne prenons pas un seul franc aux gouvernements et nous sommes donc totalement indépendants. En 2012, de nombreuses personnes dans mon domaine m'ont découragé de me lancer dans cette entreprise. Mais nous sommes passés de moins de 300’000 francs et deux employés en 2012 à 1,2 million et près de 15 personnes plus nos 17 partenaires de Libera aujourd'hui. Notre travail a contribué à sept arrestations d'auteurs présumés dans six pays différents (Suisse, Belgique, États-Unis, Royaume-Uni, France et Finlande). Nous enquêtons sur les crimes commis en Sierra Leone, au Libéria et en Côte d'Ivoire sur le terrain et nous suivons les preuves pour rendre justice partout et chaque fois que cela est possible, sans limites géographiques. C'est notre marque de fabrique, nous travaillons de bas en haut, et les résultats obtenus jusqu'à présent ont dépassé toutes les attentes. Je pense également que notre travail crée un modèle très intéressant, qui peut être reproduit ailleurs.

Quel est le moment fondateur de votre carrière?

A Freetown, où j'ai travaillé de 2003 à 2008 en tant que procureur junior pour le Tribunal spécial pour la Sierra Leone. La guerre civile a été d'une cruauté sans précédent envers les civils. J'ai interviewé de nombreuses "bush wives" (victimes d'un très long esclavage sexuel), des enfants soldats et des personnes doublement amputées. La résilience et la simplicité de ces témoignages m'ont frappé par leur grande dignité. Ce qu'elles ont vécu était difficile à comprendre, même pour elles, car elles ont souvent subi de multiples vagues d'attaques avec des crimes extrêmement vicieux commis chaque fois. Beaucoup étaient dignes mais résolus : ils voulaient que justice soit faite. C'était simple mais très fort. Cela résonnait très profondément en moi et formait une allégeance : même si je n'avais rien en commun avec eux, je savais alors que je me battrais et que je consacrerais ma vie à essayer de trouver la justice pour les victimes de crimes internationaux qui souhaitent réparation.

Related articles